Diverses Cités

La crise des banlieues s'invite dans le débat présidentiel

Idées et opinions AUBERVILLIERS / LA COURNEUVE / ÉPINAY / L'ÎLE-SAINT-DENIS / PIERREFITTE / SAINT-DENIS / STAINS / VILLETANNEUSE

rechercher

samedi 21 juillet 2018 / 00h23

aucun

La crise des banlieues s'invite dans le débat présidentiel

publié le 22 février 2012 à 10h22 / écrit par Véronique LOPEZ , Diverses Cités / lu 1102 fois / commenté 0 fois



Mardi 21 février, une trentaine de militants du collectif AC le feu !, créé après les émeutes de l'automne 2005, ont investi le rez-de-chaussée d'un hôtel particulier à Paris pour y installer "un ministère de la Crise des Banlieues" et lancer le débat sur "les banlieues dans la présidentielle".

Mohamed Mechmache, président de Aclefeu, a qualifié de curieux le fait qu’il faille « occuper un hôtel en plein centre de Paris pour mettre la banlieue et ses 8 millions d’habitants sous les projecteurs ». « Cette occupation pacifique est symbolique et nous ne savons pas combien de temps cela va durer », a-t-il déclaré.

Peser sur l’élection présidentielle

« Ici, nous invitons les candidats à l’élection présidentielle à venir débattre avec nous, nous avons fait 12 propositions qui ne coûtent pas cher. Par exemple, dans les villes où il n’y a pas 20% de logements sociaux, nous voulons que l’Etat réquisitionne les terrains vacants de ces villes et construise des logements sociaux », a-t-il déclaré.

Un thème plus présent en 2007

L’historien François Durepaire, qui se présente comme compagnon de route d’AC le feu ! a remarqué qu’en « 2005, on avait beaucoup parlé des banlieues, Ségolène Royal avait pris le sujet à cœur, en 2012, ce n’est plus le cas ». « A La Courneuve, à Clichy, les gens ont l’impression d’être loin de Paris, au point que des jeunes maintenant se définissent par rapport à la nationalité de leur parents, c’est totalement nouveau », a-t-il ajouté.

En novembre, AC le feu ! avait lancé une campagne d’inscription sur les listes électorales en vue de la présidentielle 2012 afin que « l’avenir ne se décide pas sans la voix de la banlieue ».

commentez cet article





*Champs obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaîtront pas tant que le modérateur ne les aura pas approuvés.