Diverses Cités

Rose : petite esclave devenue femme libre !

Idées et opinions AUBERVILLIERS / LA COURNEUVE / ÉPINAY / L'ÎLE-SAINT-DENIS / PIERREFITTE / SAINT-DENIS / STAINS / VILLETANNEUSE

rechercher

lundi 17 décembre 2018 / 06h06

sur le vif

Rose : petite esclave devenue femme libre !

publié le 03 juin 2010 à 14h40 / écrit par Véronique LOPEZ , Diverses Cités / lu 2758 fois / commenté 0 fois



Rose n'est qu'une gamine de 11 ans lorsqu'elle arrive à Bondy et est confiée au couple Sangaré pour qui elle devient une véritable esclave domestique. Pendant les neuf années où la petite Malienne sera au service de ces exploiteurs, elle vit l'enfer : coups, humiliations, insultes.

Pendant les neuf années où la petite Malienne sera au service de ces exploiteurs, elle vit l'enfer : coups, humiliations, insultes. Jamais scolarisé, elle a ordre de sortir le moins possible de la maison et de s'occuper des enfants. C'est en regardant les chiffres et les lettres à la télé qu'elle apprend à lire.

L'envie de se battre

En grandissant, en regardant autour d'elle - et se faisant en désobéissant car sa matrone lui ordonnait de baisser les yeux dans la rue et de n'adresser la parole à personne - elle comprend que sa vie n'a rien de normale ni même de légale. Une femme dans la rue la convainc de contacter une association contre l'esclavage moderne. La petite Rose, devenue jeune fille, décide alors de se battre et de traîner ses Ténardiers en justice. En novembre 2009, le couple Sangaré a été condamné par le chambre correctionnelle de Bobigny 24 mois de prison avec sursis pour la femme et 18 mois pour le mari) pour détention frauduleuses de faux documents administratifs et soumission d'une jeune mineure à des conditions de travail et d'hébergement contraire à la dignité humaine. Les Sangaré ayant fait appel, l'affaire sera jugé à Paris le 7 juin. L'association SOS-Esclaves attend de la justice française un procès exemplaire car il est rare qu'une jeune femme exploitée à domicile puisse comme l'ose le faire Rose, se défendre, porter plainte et venir devant les tribunaux.

Pour soutenir Rose :

Rendez-vous le 7 juin à 15h30 au Palais de Justice de Paris (métro Cité) Chambre correctionnelle, Pôle 6-1 Escalier K 2ème étage. Pour en savoir plus : SOS-Esclaves : 08 05 99 17 07

www.sos-esclaves.com

Actualisation de « l'affaire Rose »

Le 29 juin, la cour d'Appel de Paris a confirmé le peine de 24 mois de prison avec sursis, prononcée en novembre par le tribunal correctionnel de Bobigny contre l'épouse Sangaré et le père, condamné en première instance à 18 mois de prison avec sursis a vu sa peine alourdie à 24 mois. La Cour a par ailleurs confirmé le versemment de 93 000 euros de dommages et intérêts à Rose. L'avocate de la jeune victime a fait part de sa déception en l'absence de prison ferme pour les deux esclavagistes. Elle a décidé de saisir la Cour européenne des droits de l'Homme.

commentez cet article





*Champs obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaîtront pas tant que le modérateur ne les aura pas approuvés.
photos 10/03/11 à 14h22
vignette Les gens ont du talent !

Les gens ont du talent !

vu 2043 fois / commenté 0 fois

plus de photos

publiez vos photos

vignette Hors Série l'Humanité Gaza
ca cartoone 25/01/10 à 10h30

© Tignous
vu 458 fois / commenté 0 fois

Tous Les Dessins