Diverses Cités

Hippocrate aux enfers

Idées et opinions AUBERVILLIERS / LA COURNEUVE / ÉPINAY / L'ÎLE-SAINT-DENIS / PIERREFITTE / SAINT-DENIS / STAINS / VILLETANNEUSE

rechercher

lundi 17 décembre 2018 / 06h17

on aime

Hippocrate aux enfers

publié le 30 mars 2015 à 08h17 / écrit par Roland Taysse , Diverses Cités / lu 885 fois / commenté 0 fois



illustration Hippocrate aux enfers

En ces temps où la « Normalisation » des idées les plus extrêmes sur les origines, les religions, les solidarités est à la mode, le livre de Michel Cymes cogne à la mémoire collective et individuelle comme un rappel que « l’Homme normal » s’il est capable du meilleur est aussi coupable du pire.

Non, « ils n’étaient pas tous fous » celles et ceux, médecins, chercheurs qui à Auschwitz, Dachau, Buchenwald ont commis les pires atrocités !

Ce livre retrace, sans pathos, un des chapitres les plus abjects de la Shoah.

Michel Cymes, descendant de déportés va à l’essentiel de la barbarie nazie. Il relate des faits avérés, des actes quotidiens commis au nom d’une pseudo science. La solution finale déclinée version recherche sur des êtres humains devenus cobayes pour la grandeur de la race arienne et du troisième Reich.

Le Docteur Cymes, qui souvent cultive l’humour et la dérision pour parler de choses graves, nous ouvre les portes de la terrible réalité des camps de concentrations et des officines médicales des Docteurs Mabuse du régime Hitlérien.

Le docteur Cymes n’est pas à la recherche de la vérité qui serait le sésame pour comprendre, voire expliquer quelles terribles perversions ont conduit des femmes et des Hommes ayant prêtés serment de soigner et de soulager leurs semblables à renier l’essence même de ce qui fonde la médecine. Il n’apporte pas de réponse définitive, il nous donne à voir une réalité que d’aucuns encore aujourd’hui, continuent à nier ou à minimiser.

Il nous donne à réfléchir sur la clémence dont ont bénéficié certains de ces bourreaux à la libération des camps et bien après.

Un livre à lire et à faire lire pour que jamais ne tombe dans l’oubli l’une des tragédies, sans doute la pire -mais il y a-t-il une hiérarchie dans l’horreur ?- « d’un vingtième siècle dantesque porteur de toutes les utopies et de toutes les tragédies Humaines. »

commentez cet article





*Champs obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaîtront pas tant que le modérateur ne les aura pas approuvés.